Appel de textes – Numéro 153, Ses plaisirs n’ont pas de remède, et ses joies restent sans espoir

Date de tombée : 2 novembre 2016

 

Numéro dirigé par Marc-André Cholette-Héroux et Laurance Ouellet Tremblay

 

Tu disais : « Ce qui s’offre et se donne avec prodigalité ne va pas sans une cruauté profonde et aveugle. Tu ne peux pas t’acquitter des beautés qui t’émeuvent jusqu’au vertige. Assiégé de bonheurs immérités, il t’est impossible d’en épuiser la sourde exaltation. » Tu disais encore : « Toutes les joies sont impudiques. Elles vivent sans toi et t’accompagnent sans t’appartenir. Elles sont irrésolubles. Il faut tout avouer : il n’y a aucune consolation au bonheur, on n’en revient jamais. » Enfin, tu ajoutais : « Faut-il s’en désoler? Le bonheur nous laisse toujours insolvables; ne cherche pas à lui répondre : laisse froidement glisser ta honte dans le creusement que suppose toute jouissance. »

 

 

La citation est tirée de Noces, d’Albert Camus.