Appel de textes – Numéro 158, (filles, sœurs et complices de ceux qui vont pieds nus à l’envers de la vie)

Date de tombée : 19 mars 2018

Numéro dirigé par Chloé Savoie-Bernard et Karianne Trudeau Beaunoyer.

 

Il s’agit d’abord de se mettre au centre du sens. Nous, les périphériques, celles dont on ne reconnaît l’identité que dans le revers des autres. Au beau milieu des miroirs fuyants, des généalogies atypiques, des familles par alliance, réajuster les angles de vue pour se regarder dans le blanc des yeux. Afin de nous rapprocher de nous-mêmes, il faudra en chambarder, des affaires, commettre des infractions, devenir les auteures de nos crimes. Il faudra retracer les sillons, choisir avec minutie les semences, retourner la terre foulée et le verso à l’endroit. Puis, lorsqu’on aura atteint le trésor de nos identités, qu’on aura touché au féminin présent chez tous les sexes, tous les genres, nous le tiendrons si fort entre nos mains qu’on aura chaud. Ça va dégouliner, ça va suinter; c’est exactement ce que nous voulons, déborder. Être adjuvante a fait son temps. De la pudeur de l’aparté au foyer de la focalisation il n’y a qu’un pas. Sans destination, déréglons la boussole. Dénudons-nous, enlevons des strates de discours au pied de biche, éclatons les parenthèses. Débarrassées de nos semelles et de nos suffixes, goûtons au plaisir d’être des va-nu-pieds. Voyez où ça nous mènera.

 

 

La citation est tirée de Personne de Gwenaëlle Aubry.